Le réseau des boutiques d'écriture

BOUTIK & COCHARTEACTIONSÉCRITSIMAGESBOÎTE À OUTILSRÉFÉRENCESPUBLICATIONSLIENS

Boîte à outils
Du dessin à l’écriture : écritures idéographiques, écritures alphabétiques





2ème Etape - Caractères composés dans des langues alphabétiques



DANS LA MÊME RUBRIQUE :
1ère Etape - Idéogrammes
3 ème Etape - Création d’un lexique et d’un univers
Bibliographie


1. Noms composés

3 groupes ; chacun doit produire une liste de 15 mots :
noms propres composés de noms communs : Dupont, Legros, Grandval
noms de lieux composés de noms communs : Fontfroide, Valfleurie, Grandmont
noms de choses : chou-fleur, abat-jour, chemin de fer

Affichage au tableau des trois listes.
Discussion collective pour comprendre les compositions : nom + adjectif, nom + nom, déterminant + nom,...

2. Etymologie

- par petits groupes : exploration.

Répartir une liste de mots-vedettes appartenant au vocabulaire courant et construits à partir de racines étymologie fréquentes : télévision, géographie, psychologue, pédiatre, automobile.
Chaque groupe à partir des mots qu’on lui a donnés, doit réaliser une affiche par mot en cherchant tous les mots :
qui commencent ou qui finissent de la même manière
et qui désignent des choses ou des idées qui ont un point commun (pour réduire les problèmes d’homophonie ; hippo/hypo etc...).
exemple : mot vedette = télévision, téléphone, télécarte, télégramme, télégraphe, téléconférence, télépathie, eurovision, révision, supervision,...

- en grand groupe : conceptualisation.

Affichage des travaux.
Compléter : chacun passe devant les affiches et les complète. Les formateurs ne doivent pas hésiter à rajouter des mots peu familiers qui donneront lieu à une recherche de sens ultérieure.
Formuler : par petits groupes de 4-5 : les participants cherchent à formuler le sens des racines mises en évidence dans les mots vedettes (ex. : télé) Ils l’écrivent sur un petit papier et le placent au-dessus des affiches.

Cette phase est difficile pour les publics de bas niveau. Il est important de prendre le temps de procéder par hypothèses approximatives et vérifications.

Exemple : à partir de télévision et téléphone, les participants pensent que le point commun est d’entendre quelque chose. Il ne faut surtout pas nier cette hypothèse en donnant la solution, mais la prendre en compte et la confronter à un autre mot de la liste. Télégramme ou télécommande pour la vérifier ou l’infirmer.

Procéder ainsi avec chaque hypothèse provisoire jusqu’à en trouver une juste ou fausse, mais qui permette de justifier tous les mots de la liste. Pour les plus faibles lecteurs, ce travail d’élaboration conceptuelle doit être aidé par l’énonciation répétée des termes par le formateur ou un lecteur plus avancé. (cf. bibliographie : " l’apprentissage de l’abstraction ").

Vérifier : distribution de jetons étymologiques. Chacun place ses jetons à côté des mots correspondants.






© 2000 ...::. Boutik & Co .::...